Nos recherches participatives

Les déchets ménagers à Toulouse Métropole

     La thématique de la gestion des déchets est vaste : elle regroupe la collecte, le traitement et la valorisation/élimination de l’ensemble des déchets, qu’ils soient agricoles, industriels, de construction, électriques, électroniques et/ou ménagers. Nous avons fait le choix de nous concentrer sur les déchets des ménages et des commerçants des villes et des villages de la métropole toulousaine, éliminant les déchets dangereux (piles, cartouches d’encre, etc.) et les encombrants (électroménagers, etc.). Les déchets ménagers ne représentent que 10 % des déchets produits en France.

Avant d'aller plus loin dans la lecture...
Nous vous invitons à remplir notre questionnaire, sauf si vous l’avez déjà fait !
Nous vous expliquerons ensuite dans quelles perspectives de recherche s’insérent vos réponses. Mais ne lisez pas le contenu qui suit avant de répondre au questionnaire, il risque de vous influencer et vos réponses également !

L’objectif de ce programme de recherche est de mobiliser des citoyen.ne.s dans la compréhension et la transformation du fonctionnement de la gestion des déchets ménagers à Toulouse Métropole. Pour ce faire, notre approche se construit en 3 phases, sur les principes de la démarche scientifique :

– L’observation et la description participative de la situation sur le territoire, portées par des citoyen.ne.s (mobilisés au préalable) en collaboration avec des chercheur.se.s en sciences sociales, pour réaliser une première représentation de la situation, rencontrer les acteur.rice.s concerné.e.s et impliqué.e.s et les convaincre de participer à la démarche ;

– L’interprétation des données et l’identification des problématiques par des groupes de travail, pour que les participant.e.s trouvent des modèles qui rendent cohérents et intelligibles les faits observés et décrits, afin d’identifier démocratiquement des problèmes à résoudre ;

– La résolution des problématiques, afin que les parties prenantes explorent des perspectives de changement de la situation, en répondant à l’intérêt général. Les solutions pourront prendre des formes multiples : création de produits et de services, plaidoyers d’inflexion des politiques publiques et des normes et réglementations, …

Nous souhaitons mener ce programme en partenariat avec des laboratoires de recherche et des associations. Les chercheur.se.s suivront le programme sur l’aspect méthodologique et théorique, tout en produisant du contenu universitaire en utilisant ce programme comme terrain d’étude. Les associations d’éducation populaire accompagneront la mobilisation et l’animation à la fois au sein du groupe de citoyen.ne.s et dans leurs relations avec les chercheur.se.s, ainsi que la transmission à ce groupe des outils et de la posture de recherche, tout en veillant à l’hybridation des différentes formes de savoirs (scientifiques, citoyens et professionnels). Une association assurera également la gestion des outils informatiques nécessaires à la coordination et la coopération au sein du collectif de recherche.

Une première étude a déjà été réalisée par 4 étudiantes du MSEI-I3D, qui permettra aux citoyen.ne.s d’avoir une base de travail et de s’approprier plus facilement le sujet et les grands thèmes : organisation de l’action publique, répartition des responsabilités, développements technico-économiques, informations et mobilisations citoyennes, … Nous pouvons regrouper schématiquement ces  thèmes dans 4 grands milieux d’étude : citoyen, technico-économique, politique et scientifique.

La réalisation d’une enquête sociologique (réalisée dans notre cas par les citoyen.ne.s mobilisés) auprès des acteur.rice.s concerné.es par et impliqué.e.s dans la gestion des déchets de la métropole toulousaine (citoyen.ne.s, élu.e.s, agents territoriaux, scientifiques, militant.e.s, entrepreneur.e.s, …), ayant chacun leurs propres problématiques et manières de les résoudre, est nécessaire pour comprendre plus précisément leurs opinions sur la situation et la dynamique des controverses sur ces sujets. Ces rencontres seront aussi l’occasion de les convaincre de participer aux phases suivantes. Pour le milieu citoyen, très hétérogène, un questionnaire a été développé pour identifier des personnes à interroger.

L’enjeu est de co-construire une description qui permette aux acteur.rice.s de prendre du recul sur leur vision initiale de la situation, et de mener à la constitution de groupes de travail multi-acteurs sur la problématisation, puis la résolution (phases 2 et 3). Nous mobiliserons alors à nouveau les associations partenaires pour faire émerger des problématiques puis des solutions de ces groupes de travail.

Si vous souhaitez contribuer à la réflexion, la remettre en question ou même l’élargir, que vous en ayez les connaissances et les compétences, que vous souhaitiez vous rapprocher d’un collectif, que vous aimeriez vous faire entendre sur le sujet ou tout simplement que vous ayez envie de découvrir la thématique, en clair, que vous soyez expert ou non, rejoignez-nous !